Nourrir son furet

L'alimentation du furet est sujette à de nombreuses polémiques.

Alors, qu'est-ce qui est le mieux ?
Croquettes ou alimentation carnée ?

Croquettes ou Carné ?

La question de l'alimentation est un sujet de débats sans fin au sein de la communauté du Furet...


Nous, chez Twilight Polecats, notre point de vue est assez explicite: "un furet, ça mange du carné ! "


Carnivore strict tout comme les grands félins, le furet a besoin d'une alimentation riche en protéines animales et en graisses.

En revanche, il faut lui éviter autant que possible les glucides (sucres, céréales) sous peine de nuire à son pancréas et de lui causer une sorte de "diabète cancéreux" appelé Insulinome.


Vous voulez des preuves de ce que nous avançons ?

Pas de souci, nous vous avons concocté un petit topo bien documenté !

 

Un carnivore dans votre salon

Non non, ne vous laissez pas berner par son adorable minois innocent: le furet est un carnivore strict (1) !
Il suffit de jeter un coup d’œil  à sa dentition pour en avoir la preuve (photo de Dr Bulliot):
La denture du furet est composée spécialement pour la capture, la mise à mort et l'ingestion de proies:

  • Les Canines permettent de saisir les proies et de s'y cramponner - et non à la vider de son sang, contrairement à certaines légendes !  (2)
  • Les Carnassières, ces dents à plusieurs "pics" visibles plus en arrières, servent à déchirer la viande
  • Les Incisives et les Molaires, surtout utiles pour couper et écraser, sont atrophiées (elles sont en revanche hypertrophiées chez les Herbivores: elles leur permettent de couper et de broyer les végétaux)
La musculature de ses mâchoires est extrêmement puissante. Elle est conçue pour attraper, tenir et manger ses proies, qui contiennent des éléments très durs, comme les os ou le cartilage (3), (4).

Son système digestif est en outre très court: de la bouche à l'anus, il ne mesure que 3 à 4 fois la taille du furet, alors que le système digestif d'un herbivore comme la vache peut mesurer jusqu'à 10 fois sa taille (5) !
Pourquoi ça ? Et bien pour faire simple, la digestion des végétaux nécessitent des processus complexes et lents, basés notamment sur certaines enzymes logées dans le système digestif (principalement l'intestin et dans un organe appelé "caecum").

Mais cela n'est pas nécessaire pour la digestion de la viande ! Au contraire, la digestion doit plutôt être rapide afin d'éviter toute fermentation ou développement de bactéries. 
Le furet est donc doté d'un tractus digestif court, d'un estomac très acide pour dissoudre les os (6) et ne possède pas de caecum (7). Ce qui explique qu'il digère ses aliments en seulement 4 heures !

Le furet est aussi capable de transformer les protéines et les graisses (lipides) en sucres (8) - un exploit dont nous autres humains ne sommes capables qu'en cas de dénutrition avancée (nous "consommons" alors nos propres muscles pour survivre) (9). Le reste du temps, nous tenons nos sucres de la consommation de glucides complexes (céréales).

Cependant, les furets ont aussi leurs points faibles: leur organisme a beaucoup de mal à réguler la destruction des protéines. Ils doivent donc ingérer de grandes quantités de protéines animales.
De plus, n'ayant pas besoin de glucides complexes, un régime alimentaire riche en céréales peut avoir des conséquences très négatives sur leur santé (8).

Bref, contrairement au chien, la domestication a "échoué" à faire évoluer le système digestif du furet. Malgré 2500 ans de domestication, son système digestif est toujours identique à celui de son ancêtre le putois (10) !
Autant dire que les croquettes classiques, qui contiennent des quantités importantes de céréales (riz, maïs...) ne sont pas ce qu'il y a de plus adapté...

Dessine-moi une croquette...

Les croquettes, c'est un peu comme les contrats d'assurance: tout le monde (ou presque) en achète, mais personne ne lit jamais les petites lignes !

Pourtant, c'est fou ce qu'on apprend en sachant lire un paquet de croquettes... (11)
  • La liste d'ingrédients est établie par ordre décroissant: Si le premier ingrédient inscrit est le riz, par exemple, cela signifie que c'est le riz qui est le plus présent dans la croquette.
    Par exemple, dans les croquettes suivantes...

" poulet (20%),

riz (14%),

protéines de porc déshydratées
gluten de maïs
protéines de volaille déshydratées
maïs (...) "

...le poulet est l'ingrédient le plus présent. Sauf que....

  • La composition se lit dans sa globalité: dans l'exemple précédent, le poulet ne représente que 20% du produit fini. Cela signifie aussi que 80% du produit n'est pas constitué de viande de poulet ! De plus...

  • Les pourcentages sont calculés avant la cuisson des ingrédients: les ingrédients les plus riches en eau (comme la viande) ont donc plus de chance d'apparaître en premier ingrédient. Or, une fois cuits, ces produits riches en eau deviennent des farines dont la quantité est très réduite !

  • Les appellations du type "Au bœuf", "Riche en poulet"....sont trompeuses: une directive européenne réglemente ces appellations, mais sachez que le pourcentage de bœuf dans un aliment "Riche en bœuf" ou "Tout bœuf" n'est pas du tout le même ! (12)

  • Les pourcentages en nutriments ne font pas la différence entre les origines des-dits nutriments: autrement dit, que ce soit protéine animale ou végétale, toutes les protéines seront référencées ensemble. Quant à l'origine des nutriments (rajoutés ou déjà présents dans le produit), vous n'en verrez pas la couleur...

Mais au fait....Savez-vous comment on produit des croquettes ?


Les croquettes proviennent des déchets de l'industrie agroalimentaire.

Les céréales non calibrées, les carcasses d'animaux de boucherie, les déchets de pêche, etc.sont cuits à très haute température (environ 2000°C) jusqu'à évaporation de l'humidité contenue naturellement.

On obtient ainsi des farines qui peuvent être extrudées pour leur donner la forme souhaitée.


Les vitamines et minéraux naturellement présents sont détruits par ce procédé. Il faut donc les ajouter dans le produit cuit. (13)


Enfin, un mélange de graisses raffinées est utilisé pour enrober la croquette et augmenter son appétence.

On est donc loin de l'aliment parfait pour le carnivore strict qu'est le furet !


Heureusement, de nombreuses marques commencent à proposer des croquettes sans céréales ("grain free") et très riches en viande. Elles sont cependant rares, très coûteuses et leurs bienfaits sur le long terme restent à prouver.

Une croquette standard, c'est donc:
un mélange de déchets industriels (principalement des céréales) cuit à plus de 2000°C, enrichi de nutriments de synthèse et enrobé dans des graisses modifiées !
Pour plus d'informations sur les croquettes, leur contenu, leur fabrication et leurs effets néfastes, nous vous conseillons vivement les livres suivants: "Toxic Croquettes" du Dr vétérinaire Jutta Ziegler, et "Ce poison nommé Croquette".

L'insulinome: le "diabète du furet"

Sources bibliographiques

(1) Williams, Bruce H. (Jan. 1999): CLIC

(2) Jan Bellows, “Ferret Dentistry,” in VeterinaryPartner (Juin 2002): CLIC

(3)   Victoria Clayton et Catherine Lenox, “Ferret facial and masticatory muscles,” Université de Duke, Duram, NC

(4) Stavros Kiliaridis, "Effects of masticatory muscle function on craniofacial morphology in growing ferrets (Mustela putorius furo)", Université de Genève

(5) Milton R. Mills, “The Comparative Anatomy of Eating,” in "Ladet: Love Animals, don't eat them"


(6) James G. Fox, "Biology and Diseases of the Ferret", 2nde édition


(7) Bob Church, "What evidence is there that ferrets are carnivores?": CLIC


(8) Susan Brown, "Rethinking the Ferret Diet": CLIC


(9) Geoffrey Zubay, "Biochemistry" (New York: Addison Wesley, 1993)


(10) Bob Church, Conférence "Teeth and Diet, Ferret Symposium Australia 2008: CLIC


(11) Document officiel de la FDA sur les croquettes: CLIC


(12) Passionment Furets, "Lire et comprendre un paquet de croquettes": CLIC


(13) The whole dog, "Kibble is still kibble": CLIC